Discours des vœux 2018

Ligue de l’Enseignement 87 / Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Vienne

Discours des vœux ; Mercredi 10 janvier 2018

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Bien sûr, comme je l’ai fait en janvier dernier, je vais vous souhaiter une belle nouvelle année, mais suis-je bien plus convaincu moi-même de mon propos qu’en 2017 ?

A-t-elle été une année de dialogues, d’échanges fructueux, de débats dont on ressort avec le sentiment d’avoir fait avancer, certes modestement, mais, tout de même, d’avoir ouvert notre esprit et celui des autres comme je le souhaitais l’an passé ?

J’étais inquiet pour cette année qui arrivait, année élective au plan politique, avec son lot de débats clivants, ses surenchères politiciennes, voire politicardes, ses arguments, ses arguties, ses tribunes où les mots « laïque » et « laïcité » furent une fois encore, mis à toutes les sauces, y compris les plus indigestes.

Bien sûr, nous n’avons pas le monopole de la laïcité, mais, n’oublions pas que, dans toutes nos actions, nous en sommes les garants.

Mais quelle est-elle cette laïcité dont tout le monde se gargarise ?

J’ai lu avec grand intérêt, ces derniers jours, dans mes Pyrénées, dans la Dépêche du Midi donc, une interview de Patrick KESSEL (Président du Comité Laïcité République) relatif, bien sûr, à la laïcité. Il y décline plusieurs visions de celle-ci et je vous en fais un bref compte rendu :

L’une se prétend de « Riposte laïque », ouvertement anti-islam et qui, avec cette formule « Riposte laïque », essaye de séduire le plus grand nombre derrière des masques tentant de camoufler son militantisme d’extrême droite.

Une autre qui, sous couvert de s’accommoder de la « laïcité à la française » à l’instar de la « manif pour tous » s’est déterminée en particulier contre le « mariage pour tous ». On retrouve cette même influence lors de l’installation de crèches dans les mairies avec la « bénédiction », si j’ose dire de certains Républicains.

Une troisième serait la laïcité des « purs et durs », qualifiés quelquefois de « laïcards ». Ils parlent eux même de la « laïcité sans qualificatifs ». Pour eux, l’État doit conserver la plus stricte neutralité, la religion relevant exclusivement de la sphère intime. Ni voile à l’école, ni crèche dans les mairies.

Une autre serait cette laïcité dite « ouverte ». Pour eux, il y a des « accommodements raisonnables » avec les religions, il y a des choses que l’on peut « tolérer » au nom de la liberté. Jusqu’où peut aller cette ouverture ? Jusqu’à la complaisance ?

Enfin, il y a les extrémistes religieux, pour qui la République et ses lois sont sans intérêt, puisque, pour eux, la seule loi valable est celle de Dieu. Cependant, ils réclament la laïcité pour mieux avancer leurs pions : ils réclament notamment le droit de porter un foulard au nom de la liberté. Et quelle liberté ?

Oui, mes amis, j’ai lu cette analyse avec curiosité et un certain intérêt.

Mais je crois que la laïcité se doit certes de rimer avec les 3 piliers de notre République que sont la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, mais que, même si la rime n’en est pas littérairement aussi riche, elle doit rimer avec Respect.

C’est ce respect qui doit être porteur d’universalité pour combattre le communautarisme.

C’est ce respect qui permet à chacun d’entre nous de vivre au sein de nos associations notre singularité ainsi qu’à chaque association de vivre harmonieusement au sein de notre Fédération et plus généralement au sein de la Ligue de l’Enseignement.

C’est ce respect qui nous anime dans nos actions culturelles, lors de nos séjours éducatifs ou de vacances dans nos centres de Meschers, de Saint-Nérée, de Saint-Pardoux, dans nos centres de loisirs et ici, dans vos associations.

C’est ce respect qui nous a permis un partenariat exemplaire avec le Secours Populaire Français de la Haute-Vienne et en particulier lors du merveilleux séjour « Copain du Monde » à Meschers en août dernier où des enfants des quatre coins de ce monde ont partagé leurs vies, leurs cultures, leurs langages ; ce séjour sera réitéré d’ailleurs en août prochain.

N’est ce pas là le plus bel exemple du vivre ensemble, d’ouverture et de partage ?

N’est ce pas là le sens de notre action, notre ADN ?

Nous trouvons là, sans nul doute, les combustibles qui nous propulsent, nous, administrateurs de la Ligue de l’Enseignement.

Alors oui, mes vœux de 2017 ont été en partie exhaussés, et, à tout le moins sur le plan financier.

En effet, lors de notre prochaine Assemblée Générale du printemps, le 25 mai 2018 au Palais-surVienne, nous pourrons vous présenter de nouveau un résultat financier légèrement positif grâce à nos efforts (ceux des administrateurs sans doute) mais aussi et surtout, ceux considérables, je le redis une nouvelle fois, de nos salariés militants, accompagnés de nos services civiques.

Je n’oublie pas, bien sûr, l’aide de tous nos partenaires institutionnels ou pas (la liste n’en est pas exhaustive) : l’Éducation Nationale, la CAF, la DDCSPP, la DRAC, la Région Nouvelle-Aquitaine, de nombreuses municipalités, grandes et petites, celles notamment où nous gérons les centres de loisir : Bessines, Compreignac, Eymoutiers et Solignac, le Secours Populaire Français de Haute Vienne, l’UDAF, et le partenariat indéfectible du Conseil Départemental de la Haute-Vienne.

Je dois dire, concernant ce Conseil Départemental de la Haute-Vienne, que notre partenariat est exemplaire et que, bien de mes collègues des autres départements nous envient cette confiance mutuelle qui nous anime et qui a permis de faire avancer formidablement bien le chantier de rénovation du bâtiment « Étoile de Mer » dit P3 à Meschers. Les travaux, conformément au planning prévisionnel seront achevés au 1er mars prochain.

Je ne saurais oublier non plus, la relation nouvelle nouée avec la Ville de Limoges, qui a permis à des enfants de la grand-ville de venir notamment à Meschers, tant en classes de découverte qu’en centre de vacances.

2017 a vu, enfin, la finalisation de la création de l’Union Régionale Ligue Nouvelle Aquitaine  dite LENA, ce mariage à 12, s’est concrétisé il y a quelques mois.

Mon collègue Dadou KHEL, ex Président de la Ligue PoitouCharente en est devenu le Président, la secrétaire générale de la Corrèze Hélène LACASSAGNE a été élue vice-présidente chargée de la culture et moi-même vice-président chargé du secteur vacances-classes, tourisme, BAFA, BAFD.

Alors oui, en dépits de toutes mes interrogations évoquées plus haut, je vous souhaite une merveilleuse année, car vos associations sauront être à la hauteur des enjeux de société qui se présentent à nous et ils sont nombreux.

Une merveilleuse année, car nos administrateurs seront encore les initiateurs, les moteurs de nos actions.

Une merveilleuse année, car nos personnels, je veux dire tous ceux de la Ligue de l’Enseignement /Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Vienne sur nos différents sites, mais aussi ceux de l’Ufolep et de l’Usep qui partagent notre maison mère, seront à nouveau des acteurs militants de notre rayonnement et de notre développement comme l’ont été auprès d’eux nos services civiques. 

N’oublions pas, bien sûr, notre passé, mais faisons confiance en l’avenir.

« Souvenons nous de l’avenir ! »

Bonne et merveilleuse année 2018 à tous.

Jean-Marc DEGLANE.

Président de la Ligue de l’Enseignement 87

Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Vienne