Le rapport moral de l’Assemblée générale 2017 de la Ligue de l’Enseignement

Logo LDE 87

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Nous voilà donc réunis ici, à Saint-Just-Le-Martel, pour notre Assemblée Générale annuelle, statutaire.

J’avais dit l’an dernier, à Solignac, le caractère extraordinaire de notre AG ordinaire, alors qu’à plusieurs égards, elle était bien sûr extraordinaire !

Cette année encore, cette AG revêt pour nous et pour moi en particulier de nombreux aspects peu communs.

A titre personnel tout d’abord, tenir cette AG, ici à Saint-Just-Le-Martel, dans cette commune où mon beau-père, alors Conseiller Municipal, nous a mariés, en 1973, mon épouse et moi-même, dans cette commune où nous résidons depuis quatre ans, c’est bien pour moi particulier.

Plus généralement, tenir une AG quelques jours après l’élection d’un nouveau Président de la République est certes particulier d’autant que la victoire d’Emmanuel MACRON est pour nous, Ligue de l’Enseignement, l’assurance d’avoir éloigné, au moins momentanément, le spectre funeste du risque frontiste.

On le sait, là où ce parti détient le pouvoir, et c’est le cas dans certaines communes, le monde associatif est en souffrance. Les associations, en particulier les associations laïques, sont expulsées des locaux mis à disposition par les municipalités précédentes, elles sont également généralement privées des subventions indispensables à leur survie. Mais ces partisans du FN ne font rien d’autre que ce qu’avait fait autrefois le gouvernement fasciste de Vichy en décidant de dissoudre en avril 1942 la Ligue de l’Enseignement et d’en confisquer son patrimoine.

Rien que de banal, non ? Nous y avons échappé.

L’espoir que l’aide que nous recevons de l’Etat soit poursuivie existe encore et l’assurance d’avoir une oreille attentive pour l’ensemble de ceux qui, comme nous, militent dans les mouvements d’éducation populaire se profile sans doute.

Certains ont soutenu le nouveau Président de la République avec enthousiasme, voire passion, d’autres avec raison et pragmatisme, certains s’en sont défié, mais, au final, il est là et nous devrons travailler avec les représentants de son gouvernement, tant au plan local que régional ou national afin de faire valoir, comme Jean Macé en 1866 les valeurs que nous défendons au premier rang desquelles la laïcité.

Tenir cette AG en commun pour les trois entités constitutives de notre Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Vienne, l’USEP, l’UFOLEP et la Ligue de l’Enseignement, c’est, comme l’an passé, extraordinaire car ce n’est pas le cas, malheureusement, sur tout le territoire national, ni même régional. J’en remercie donc vivement, à nouveau, les Présidents de l’USEP et de l’UFOLEP.

Tenir une AG après l’année des commémorations des 150 ans de notre Ligue de l’Enseignement avec son lot de manifestations emblématiques est bien un moment particulier :

Souvenons-nous de la conférence concernant l’œuvre et l’homme au sujet d’un de nos grands anciens présidents Jean-Marie-Amédée PAROUTAUD avec les brillants exposés de Pascal LEONARD et de notre doyen Henri DEGLANE.

Souvenons-nous de la conférence, en mai 2016, du Vice-président Eric FAVET, sans doute notre futur Président national de la Ligue sur le thème oh combien actuel : « la laïcité, un principe actif de la République », conférence tenue à l’hôtel du département.

Souvenons-nous de l’exposition, le 12 novembre dernier à Feytiat à propos de Jean Zay et de l’école de la 3ème République en présence de Jean-Michel DUCOMTE, actuel Président national de la Ligue et ce à l’initiative de notre ami Michel PASSE.

Et bien d’autres manifestations encore qui figurent au bilan d’activité de nos services.

Dans les rapports d’activités au plan national, la Ligue de l’Enseignement rappelle chaque année qu’elle est laïque, indépendante, qu’elle réunit des hommes et des femmes qui agissent au quotidien pour faire vivre la citoyenneté en favorisant l’accès de tous à l’éducation, la culture, les loisirs ou le sport. C’est notre ADN commun.

Alors que, depuis quelques mois, nous sommes en période électorale, ces questions de la citoyenneté et de l’exercice du suffrage universel sont plus que jamais d’actualité. Les derniers scrutins l’ont hélas démontré : un taux d’abstention très fort, beaucoup trop fort, un vote important, beaucoup trop important en faveur d’un parti d’extrême droite qui détourne allègrement le concept de laïcité pour en faire un outil de discrimination et de rejet de la différence. Mais je me suis déjà longuement exprimé sur ce point.

Il n’y a pas de fatalité, je l’ai dit l’an passé :

Nos associations d’éducation populaire ont un rôle majeur à tenir pour « faire société » et pour tenter de réduire les fractures qui menacent notre République. Pour réussir dans toutes nos actions, notre combat premier doit être la défense de la laïcité.

Nous devons impérativement tisser ou retisser des liens, nous devons expliquer encore et encore qui nous sommes et pourquoi, ensemble, nous serons plus forts. Il nous faut absolument faire comprendre au plus grand nombre que c’est par l’action militante plutôt que par la consommation basique d’activités que nous pouvons faire vivre notre société, que cette action militante doit être fédérée, plutôt qu’isolée et désordonnée.

Sans aucun doute devons-nous nous rapprocher encore un peu plus du monde de l’éducation.

Bien sûr, des ponts existent avec les enseignants notamment grâce à nos activités culturelles et à l’USEP, mais il faudra dans les semaines qui viennent nous rapprocher de l’ESPE, lieu de formation, aller y expliquer, notamment, les bienfaits éminents des classes transplantées pour les élèves, jouer auprès du monde éducatif notre rôle de « passeurs de laïcité ».

La même démarche doit être engagée ou amplifiée en direction des élus des communes de notre département afin de leur expliciter le rôle primordial du partage de la vie collective, du vivre ensemble dans nos centres de vacances, coordonner les activités de leurs CLSH avec nos centres, leur démontrer aussi les bienfaits pour les enfants de leurs communes des classes transplantées dans nos structures.

Voilà pour les objectifs à venir.

Je sais l’enthousiasme quasi militant manifesté par nos personnels, tant au siège de Limoges qu’à Meschers, mais aussi dans les CLSH que nous gérons, à Bessines, Compreignac, Eymoutiers, et Solignac mais aussi dans les centres saisonniers de Saint-Nérée et Saint-Pardoux ainsi que dans les communes où nous animons les TAP.

Que tous ici soient remerciés de l’excellence de leur travail.

Concernant les activités de 2016, Marc DELOMENIE, notre secrétaire général, vous précisera quelques points particuliers. Nous lui avons demandé à nouveau cette année de nous épargner la lecture du rapport d’activité que vous avez eu tout loisir de consulter.

Jean-Pierre BREUIL, notre trésorier vous éclairera sur le rapport financier, vous dispensant, lui aussi, d’une lecture fastidieuse.

A eux deux, vous pourrez poser les questions que vous souhaitez.

Il vous appartiendra ensuite d’adopter ou pas le rapport moral, puis le rapport d’activité et enfin le rapport financier.

Comme je l’ai dit il y a un instant, nous avons pu compter en 2016 sur nos personnels, mais nous nous sommes appuyés aussi sur des administrateurs passionnés et efficaces, motivés, militants.

Nous avons eu également des partenaires fidèles et engagés à nos côtés : Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, Communes (petites et grandes), Institutionnels, DRJSCS, DDCSPP, Inspection Académique, DRAC, CAF, UDAF, Secours Populaire, etc… Qu’ils en soient ici remerciés et que ceux que j’aurais malencontreusement oubliés me le pardonnent.

Mais je n’omets certainement pas, rassurez-vous mesdames et messieurs les conseillers départementaux, le soutien indéfectible que nous apporte le Conseil Départemental de la Haute-Vienne dont nous gérons la base de Chabannes à Saint-Pardoux, à la fois base de voile et centre d’activités de pleine nature, mais aussi, bien sûr, chacun le sait, le centre de vacances Adrien Roche à Meschers depuis 1951. Qu’ils en soient ici particulièrement remerciés.

Concernant justement Meschers, nous allons lancer, avec l’aide du Conseil Départemental de la Haute-Vienne, la campagne de rénovation du dernier bâtiment qui ne l’avait pas encore été. Les travaux auront lieu durant la période de fermeture dès novembre et seront livrés début mars 2018. Ainsi, les enfants reçus là-bas pourront l’être tous dans des conditions d’hébergement idéales, tant pour les classes de découverte que pour les séjours de vacances et bien évidemment, les membres de vos, de nos associations pourront aussi bénéficier de toutes ces installations rénovées.

Voilà mesdames, messieurs ce que je voulais vous livrer à l’issue de cette deuxième année à la présidence de cette maison, une année riche, enthousiasmante, semée quelquefois d’embûches, mais aussi porteuse, à nouveau, certes d’utopies mais de tellement d’espoirs.

Et puis, je l’avais espéré de mes vœux l’an dernier, nous affichons enfin un bilan financier 2016 bien plus satisfaisant qu’en 2015 puisque positif, nous devrons évidemment tenter de faire aussi bien voire mieux en 2017.

Merci aux salariés, aux bénévoles,

Merci à vous toutes et à vous tous d’être ici ce soir, et de m’avoir écouté aussi sagement, aussi longuement, trop peut-être.

Merci à l’USEP et à l’UFOLEP d’avoir accepté de tenir, une nouvelle fois, nos trois AG en commun.

Merci de votre accueil monsieur le Maire, mon cher Joël, ainsi qu’à l’association «Just à Vélo» et son président Pierre COUTY.

Merci aux associations amies et aux institutions présentes,

Bonne soirée à tous.

Jean-Marc DEGLANE,

président de la Ligue de l’Enseignement,
Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Vienne